Campus SFR (©Maxime Dufour) - Logo Bouygues Telecom

L’information s’est répandue comme une trainée de poudre après une alerte du journal Le Monde à 17h : Bouygues revient à la charge pour racheter SFR.

Alors même que Vivendi est en négociations exclusives avec Altice (Numericable) le groupe de Martin Bouygues a décidé, à la surprise générale, de faire une nouvelle offre valorisant cette fois SFR à 17,4 milliards d’euros (après synergies).

Bouygues propose à Vivendi d’augmenter la part en numéraire de son offre de 1,85 milliard d’euros pour la porter à 13,15 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent 21,5% du capital du nouvel ensemble.

La part de numéraire (cash) dans cette proposition surprise de Bouygues est donc supérieure de 1,4 milliards d’euros à celle d’Altice (Numericable).

De nouveaux partenaires

Cette nouvelle offre, qui prévoit toujours la revente d’antennes et de fréquences par Bouygues Telecom à son concurrent Free, s’appuie également sur de nouveaux partenaires industriels et financiers comme la famille Pinault, JCDecaux Holding et surtout la Caisse des Dépôts et Consignations.

La participation de Bouygues dans le nouvel ensemble serait de 67% du capital, contre 52% dans l’offre précédente.

La décision appartient à Vivendi

La suite de ce “feuilleton” est maintenant dans les mains du groupe Vivendi. Plusieurs choix s’offrent à lui :

  • Ne pas tenir compte de la nouvelle offre de Bouygues et finaliser son deal avec Altice (Numericable)
  • Faire monter les enchères et demander à Altice de revoir son offre
  • Accepter la nouvelle proposition de Bouygues