Free a présenté le 14 décembre la nouvelle version de sa Freebox, la sixième, dotée de l’ambitieux nom de “Freebox Revolution”. L’ensemble se présente sous la forme de deux boitiers distincts : l’un pour l’accès internet et le réseau WiFi (freebox Server), l’autre pour la télévision (freebox Player). Les deux boitiers communiquent simplement par courants porteurs grâce aux deux blocs d’alimentation (Freeplugs) fournis : vous les brancher sur une prise de courant, et ça marche. A noter que la Revolution est destinée aux clients ADSL et aux clients fibre optique.

Principale nouveauté du freebox Server : c’est désormais lui qui intègre le disque dur (de 250 Go), et non plus le décodeur TV. Cela permet d’accéder aux données (photos, vidéos, musiques, …) depuis tous les terminaux de votre logement : télévision, ordinateur, tablette, … tout est connecté en  réseau. De plus il est maintenant possible d’effectuer des téléchargements directement depuis le freebox Server, PC éteint (y compris des fichiers Torrent). Toute cette partie réseau s’appuie sur des liaisons filaires (4 ports Gigabit Ethernet) et sans fil (réseau WiFi à la norme 802.11n pour plus de rapidité). Du côté de la connectique on retrouve les classiques ports USB (au nombre de 2), un port e-sata, mais aussi des entrées/sorties audio et des haut-parleurs intégrés pour écouter les messages de son répondeur ou de la musique (stockée sur le freebox Server, des web radios, …).

Des nouveautés également pour le freebox Player, à commencer par une toute nouvelle interface (les télés HD lui disent merci) avec prévisualisation des chaînes, guide des programmes amélioré (en partenariat avec Allociné pour les films), une nouvelle télécommande, mais aussi un lecteur Blu-ray pour regarder des films HD (compatible 3D, si vous avez la télé adéquate).

Le freebox Player devient aussi une console de jeu (une manette est fournie) avec un modèle basée sur celui d’Apple : vous pouvez acheter des jeux sur un Store dédié, directement depuis le freebox Player. Des éditeurs pourront également développer de vraies petites applications pour le boitier. Enfin un navigateur Internet est préinstallé. Tout ceci est notamment rendu possible par la nouvelle configuration technique développée par Free, basée sur un processeur Intel ATOM CE4100.

Côté tarifs ça se gâte clairement : le prix de base reste de 29,99 euros, mais la « mise à disposition de la boucle locale dédiée » est désormais facturée 5,99 euros / mois. Derrière cette expression barbare se cache en fait principalement le dégroupage total des clients ADSL. Mais attention tous les clients fibre sont eux aussi concernés. Pour faire passer la pilule, outre les nouveaux boitiers, Free propose dorénavant la gratuité de tous les appels vers les mobiles en France métropolitaine, ainsi qu’une assistance à domicile garantie sous 10h ouvrées, pour les clients situés dans les zones couvertes par l’Assistance Technique de Proximité de Free (70% des foyers français selon le fournisseur).

L’offre Freebox Revolution est donc facturée 35,98 euros / mois. Attention : ce montant ne prend pas en compte la prochaine hausse de la TVA que Free répercutera intégralement (entre 2 et 3 euros / mois).

Pour ceux qui sont déjà clients de l’opérateur une (nouvelle) offre de migration est mise en place, rendez-vous dans votre espace-client pour connaître le tarif exact qui vous est proposé.