Les grandes manoeuvres commencent (peut-être) dans les télécoms ! Après le rachat mouvementé de SFR par Numericable l’an passé, Bouygues Telecom est (de nouveau) au centre de toutes les attentions.

Une offre à 10 milliards d’euros

Si Martin Bouygues a longtemps insisté en disant qu’il n’était pas vendeur, la proposition d’Altice (Numericable-SFR), autour de 10 milliards, pourrait le faire changer d’avis.

Un conseil d’administration du groupe Bouygues se réunira ce mardi 23 juin 2015 en fin d’après-midi pour étudier l’offre. Si le groupe a confirmé avoir reçu une offre non sollicitée d’Altice, il a néanmoins précisé qu’aucune négociation n’était en cours.

Logos : Free - Bouygues Telecom

Free dans la boucle

De son côté le groupe Iliad (Free) a indiqué par communiqué de presse « être entré en négociations exclusives avec Numericable-SFR pour l’achat d’un portefeuilles d’actifs dans le cadre de l’offre remise par Altice en vue de l’acquisition de Bouygues Telecom par Numericable-SFR ».

Il pourrait s’agir pour Free de reprendre des fréquences, des antennes ainsi que des boutiques de Bouygues Telecom afin d’accélérer son déploiement. Ceci permettrait à Numericable-SFR de limiter les conséquences négatives sur l’emploi et la concurrence d’une fusion Numericable-SFR-Bouygues Telecom.

Un géant aux pieds d’argile ?

Si une telle opération aboutissait, l’opérateur qui en résulterait serait numéro 1 sur le mobile en France en nombre de clients, et numéro 2 (derrière Orange) sur l’Internet fixe.

Ce rachat aboutirait probablement à une hausse des prix, Numericable-SFR ayant besoin de dégager de fortes marges afin de financer l’opération, basée sur un endettement massif, comme le précédent rachat de SFR par Numericable.

La situation pourrait devenir compliquée pour le nouvel acteur créé si un de ses concurrents (Free potentiellement) décidait de relancer la guerre des prix.